Facebook

Nouveautés

Nuage de tags

Vous êtes ici : Accueil > Sélection pour Halloween 2018

Sélection pour Halloween 2018

Du terroir qui sent le souffre, des visions hallucinées de l'enfer et des meurtre en jaune !

Claude Seignolle
Visions de l'enfer
Le jaune est la couleur du crime

Claude Seignolle

Portriat Claude Seignolle Profitons d'Halloween pour rendre hommage à Claude Seignolle mort, à l'age de 101 ans, le 13 juillet dernier. Élève d'Arnold  Van Gennep ( ethnologue et folkloriste), il a arpenté une bonne part du terroir français pour y quérir, débusquer et collecter rites, fêtes et légendes mystérieuses.


Il a écrit par la suite ses propres histoires fantastiques en trempant « sa plume dans le chaudron des croyances populaire ». Il fut l'un des grand conteurs fantastiques français ( « d'une tradition qui va de Nodier à Brussolo »      dixit François Angelier) auteur de nombreuses nouvelles et quelques romans : La Malvenue, Marie la Louve, Le Diable en Sabot (recueil de nouvelles)…

 La Malvenue. Paris : Phébus, 1987. (document nomrlement en reserve)

" Dans la Sologne du début du siècle, coin de campagne reculé où persistent des superstitions d’un autre âge, une jeune fille envoûte tous ceux qui l’approchent par sa grâce et sa beauté. La sensualité qui accompagne chacun de ses gestes va bouleverser le quotidien, réveillant les vieilles culpabilités et tout un cortège de mauvais fantômes. " (wikipedia)

Marie la Louve. Paris : Succès du Livre, 1995. 

Marie est une belle fille aimée de tous. Tout irait pour le mieux sous le ciel brumeux de Sologne, si ne s’en mêlaient les superstittions dont l’antique campagne se nourrit depuis la nuit des temps, et qui charrient derrière elles un sinistre cortège de haines tenaces, d’âpres jalousies, de violences mal contenues. Car Marie, dit-on, a le don de guérir certaines blessures, et notamment les morsures de loup. Tout le monde n’a qu’à se louer de ce singulier ’pouvoir’ dont la jeune fille use avec tant de discrétion que de désintéressement... jusqu’au jour où une mauvaise langue s’avise d’insinuer que le diable a peut-être son mot à dire dans l’affaire.

Dès lors, et avec une brutalité que rien ne laissait présager, la vie de la jeune filles bascule dans un cauchemar d’où les puissances occultes sont, en fait, parfaitement absentes, mais où le venin de la perfidie humaines distille mortellement son poison.

 

Le Diable en Sabot. Paris Succès du Livre 1995

Recueil de récits solognots du début du XXe siècle emprunts de croyances ésotériques.

Une belle BD hommage 

Comme une odeur de diable . Saint Egrève : Mosquito, 2017.  Comme une odeur de diable . Saint Egrève : Mosquito, 2017. 

Dans les années soixante, Claude Seignolle est considéré à juste titre comme un des maîtres de la nouvelle et des contes fantastiques. Laurent Lefeuvre adapte avec la bénédiction de Seignolle une série de ses contes macabres. Son trait expressionniste exalte les atmosphères méphitiques de la campagne arriérée. Une belle façon de rendre hommage à Claude Seignolle qui fête cette année ses cent ans !.

 

 

 Visions de l'enfer

Oserez vous  franchir les portes de l’au-delà ? À moins que ce ne soit les habitants des mondes infernaux qui ne viennent vous rendre visite ? NE dit-on pas en effet que : «   Quand il n'y a plus de place en enfer, les morts reviennent sur terre. »  (Romero.  Zombie 1978)

Lucio Fulci. L'Au-delà, 1981

Avertissement aux âcouverture DVD/Blue-ray mes sensibles ce film est extrême (le réalisateur ne lésine pas sur les effets gore) et viscéral ainsi qu'à ceux qui ne jure que par les scénarios bien ficelés : la « logique » du film est celle propre aux cauchemars.

Il serait néanmoins dommage de passer à coté de ce chef d’œuvre dantesque d'un auteur longtemps et injustement méconnu du cinéma populaire italien : Lucio Fulci. En grand admirateur d'Antonin Artaud, le metteur en scène a réalisé un film absolu  contenant toutes les horreurs de ce monde qui exerce un pression direct sur les  sens du spectateur plus qu'il ne s’adresse à sa raison. 

Ce film d'horreur magnifique est une œuvre d'une grande poésie macabre où Fulci nous immerge dans sa vision putride et anxiogène de l'enfer (du monde?) :  un véritable trip halluciné au tréfonds des ténèbres.

Le réalisateur n'était qualifié de poète de la chair maltraitée pour rien !

Hellraiser Clive Barker. Hellraiser, 1987 

L'écrivain touche à tout britannique Clive Barker, est l'une des figures emblématiques  du mouvement splatterpunk ( qui cherché renouveler le genre fantastique et l'horreur en s'inspirant de l'esprit nihiliste et réaliste du punk ). Il a eu la bonne idée d'adapter lui-même, en 1987, l'une de ses novellas (courts romans) : The Hellbound Heart. Hellraiser : le Pacte (titre français du film) après une entame assez classique, détonne du reste de la productions horrifiques des années 80 notamment des slashers (Vendredi 13 & cie). C'est un film d'horreur organique et plus adulte. L'univers de Barker est, en effet, fortement marqué par des pratiques sexuelles jugées déviantes : le sadomasochisme et le fétichisme.

Avec ce film il créé de nouveaux icônes horrifiques : les Cénobites,  maîtres des plaisirs interdits  surgis d’une dimension parallèle dont le représentant le plus célèbre  est le charismatique Pinhead au visage bardé de clous !

Le jaune est la couleur du crime !

Mario Bava. Six femmes pour l'assassin, 1964  

Esquissées avec La Fille qui en savait trop, c’est surtout avec Six femmes pour l'assassin que Mario Bava pose les bases du giallo : le thriller horrifique agrémenté d’érotisme  à la mode durant des années 60-70 en Italie.

Ce film contient les principaux codes du genre qui seront repris dans de nombreuses productions posterieures dont les premiers films de Dario Argento qui  popularisèrent le giallo y compris hors des frontières italiennes : le tueur en série vêtu de noir masqué, portant un chapeau et des gants de cuir ; les meurtres graphiques à l’arme blanche, les décors baroque, le tout assaisonné d’une pincée d’érotisme et de sadisme.

Le Slasher américain est l’un des enfants bâtard et moins virtuose du Giallo…

Si vous aimez le giallo voici quelques fleurons du genre disponibles à la médiathèque :

Dario Argento. Les Frissons de l’Angoisse, 1976

couv Si Bava a inventé le giallo, c'est Dario Argento qui va lui donner ses lettres de noblesses. Il va réussir aussi à obtenir grâce au deux premiers films de sa trilogie " Trilogie animalière " le succès commercial qui a fait défaut à Bava.

Avec Profundo Rosso il signe le giallo ultime, l'un de ses chefs d’œuvre. Il va s'inspirer du Blow-up d'Antonioni jusqu'à reprendre l'acteur principal de ce film David Hemmings.

 

 

 

Sergio Martino. Torso, 1973

Ce film est assurément l’une de pièce maîtresse du genre en dépit de l’extrême codification de ce dernier car il évite justement  les écueils d’un trop grand  formalisme. Le film est visuellement extrêmement soigné et il ne s’embarrasse plus simplement suggérer mais donne à voir des scènes clairement érotique ainsi que des plans sanglants annonçant la déferlante gore à venir dans le cinéma horrifique italien.

 

 

 

Avant de devenir l’un des grands noms du cinéma international d’horreur Fulci a commis quelques gialli de fort bonne facture et qui se démarque par leur originalité des autres gialli souvent répétitifs. Son penchant pour la violence et le morbide y apparait déjà au détour de quelques séquences frappantes avant son explosion dans ses films d’horreur du début des années 80 : la sorcière lacérée de chaînes dans La longue nuit de l’exorcisme, les chiens crucifiés, éventrés et encore vivants se vider de leur sang dans des râles abominables (pour info ce sont des marionnettes) dans le Venin de la Peur.

Lucio Fulci. Le venin de la Peur, 1971

Ce film à l’érotisme assez osé pour l’époque baigne un onirisme morbide qui préfigure l’Au-delà.

 

Lucio Fulci. La longue nuit de l'exorcisme, 1972 

Encore une fois le titre français du film est particulièrement trompeur et opportuniste: le film ne se passe pas la nuit et il n'est nullement question d'exorcisme. Il fait partie des grands gialli (thriller horrifique à l'italienne des années 70) même si il se démarque des modèles du genre plutôt urbain en mettant en scène un drame rural décrivant avec finesse et cruauté la réalité socioculturelle italienne sur laquelle Fulci jette un regard sans concession.

SHARE

Catalogue

Recherche rapide

Connexion utilisateur

Par défaut, votre mot de passe est votre nom de famille. Il est recommandé de le modifier dès votre première connexion. En cas d'oubli ou de dysfonctionnement, adressez vous au personnel.

Coup de coeur des bibliothécaires

Le nuage noir
Fred Hoyle
2014